Revue semestrielle L'harmonium français
L'harmonium français
Revue semestrielle L'harmonium français

Achat de ce numéro

15 euros

Tarif pour la France

Achat de ce numéro

25 euros

Tarif pour les pays étrangers

L’harmonium français

  N°27

décembre 2020

Sommaine du N°27 - décembre 2020

  

  

L’orgue Mustel à deux claviers

de l’intention initiale au développement commercial

(Jacques Prévot)


Cet article présente l’original et confidentiel Orgue Mustel à deux claviers. Communément dénommé « modèle n°4 » et qualifié par Victor Mustel, lui-même, de « superlatif de tous les instruments de ce genre », cet instrument rassemble tout le savoir-faire de l’illustre facteur. Le texte ci-après est la retranscription de la communication faite à l’occasion du 4e congrès de L’harmonium français des 16 et 17 novembre 2019. Il permet de préciser les conditions de la création de cet instrument particulier, sa production et son développement commercial.

  

Retour à la page d'accueil

Les autres numéros de L'harmonium français

  

Restauration d’un harmonium de salon Debain

de quatre jeux et demi, 25 registres et deux claviers

« le plus grand quatre jeux et demi du monde »

(Olivier Schmitt)


Quoi de plus courant qu’un harmonium Debain « classique » de quatre jeux et demi ? C’était le modèle basique usité par la plupart des compositeurs français des XIXe et XXe siècles dès lors qu’ils ont voulu s’adresser à un large public. Pourquoi s’intéresser, outre la pathologie bien connue, parfois aiguë et fortement répandue chez les harmoniumistes qu’on appelle « collectionnite », à un instrument somme toute peu original et relativement limité dans ses possibilités musicales et qui mériterait une restauration complète ? Imaginons alors un harmonium dont les sonorités sont réparties sur deux claviers et considérablement enrichies par de multiples mécanismes et combinaisons, portant ses registres au nombre de 25. Quelles recettes a appliqué le génial inventeur de l’harmonium ?


  

  

L’orgue Mustel à deux claviers

« le superlatif de tous les instruments de ce genre »

détails de facture, musicalité et répertoire

(Patrick-Alain Faure)


Cet article présente les détails de facture de l’orgue Mustel à deux claviers en s’appuyant sur la description du n°247 fabriqué en 1876. Qualifié par Victor Mustel, lui-même, de « superlatif de tous les instruments de ce genre », cet orgue à deux claviers mérite que l’on s’intéresse à ses sonorités si particulières et à son répertoire.

  

Le piano–mélodium d’Alexandre Père & Fils

(Pascal Auffret)



Le piano-mélodium est un instrument combiné né au milieu du XIXème siècle, à l’aube de l’exposition universelle de 1855. Il se compose d’un piano, souvent de grande marque comme Érard ou Pleyel et d’un mélodium Alexandre.  Les facteurs n’ont eu de cesse de perfectionner les instruments mixtes durant ce siècle mais la plupart d’entre eux ont disparu même si quelques exemplaires ici ou là sont encore visibles chez les collectionneurs et autres musées. Si cette invention est restée dans nos mémoires, c’est grâce au grand pianiste Franz Liszt pour qui un instrument monumental fut réalisé. Le « Piano-Liszt », que l’on désigne ainsi, est la base de notre étude. Une forme plus modeste de celui-ci est présentée à l’exposition universelle de 1855. La récente restauration du Pleyel-Alexandre n°27092 de 1859 a permis l’étude d’un répertoire adapté. La liste des pianos achetés par Alexandre chez Pleyel et Érard entre 1852 et 1867 nous donne une idée quantitative des besoins du facteur d’orgues pour l’instrument à marteaux.