L'harmonium français
Revue semestrielle L'harmonium français
Revue semestrielle L'harmonium français

Achat de ce numéro

15 euros

Tarif pour la France

Achat de ce numéro

25 euros

Tarif pour les pays étrangers

L’harmonium français

  N°20

juin 2017

  

Sommaine du N°20 - juin 2017

Extraits musicaux illustrant l'article

Retour à la page d'accueil

L'orgue-célesta Mustel

(Jacques Prévot)


Cet article est la retranscription de la communication faite à l’occasion du 2e congrès de L’harmonium français les 25 et 26 juin 2016. Tout d’abord, sera présenté le typophone, inventé par Victor Mustel en 1866. L’amélioration de celui-ci aboutira dix ans plus tard au célesta, accessoire de l’orgue Mustel autant qu’instrument soliste de l’orchestre. C’est en 1888 qu’Auguste Mustel conçoit l’association définitive du célesta et de l’harmonium dans une caisse unique, réunissant l’un sur l’autre les deux claviers de ces instruments que l’on peut accoupler. Cette disposition a donné naissance à l’orgue-célesta.

  

Présentation du grand Vocalion de Pise (Italie)

(Thierry Correard)


Sous l’appellation Vocalion nous trouvons notamment des harmoniums de type monumental à deux ou trois claviers incorporant divers perfectionnements couverts par un ensemble de brevets. Les Vocalions, dont les grands modèles visaient à remplacer l’orgue à tuyaux de petites dimensions, sont dus à l’audace d’un écossais, James Baillie-Hamilton, qui aura passé sa vie à vouloir perfectionner l’harmonium d’abord en Grande Bretagne puis outre atlantique. Cet article, après avoir retracé rapidement les grandes étapes de l’épopée des Vocalions, présente celui de l’église vaudoise de Pise en Italie. Un instrument aux caractéristiques hors normes et sans aucun doute un des plus grands harmoniums jamais construits.

  

L'harmonium, souvenirs et avenir

(Olivier Schmitt)


Si de nombreux instruments dits « anciens » ont été l’objet d’une véritable résurrection, il est très étonnant que l’harmonium, avec ses nombreuses qualités et son répertoire pléthorique, soliste ou d’ensemble, n’ait pas encore connu une telle renaissance. Certes aujourd’hui de nombreux artisans s’intéressent à la restauration des harmoniums, quelle que soit leur type de facture, cependant, pour que le mouvement de réhabilitation entamé depuis près de 20 ans atteigne sa complétion, il serait logique que des instruments soient construits à neuf. Si la copie fidèle sera un passage nécessaire pour redécouvrir les spécialités et les gestes de conception, il serait souhaitable d’ouvrir de nouvelles voies à l’orgue expressif.

Les autres numéros de L'harmonium français